1 – Résultats

De février 1993 à juillet 2009, le Dr J. Destandau a opéré 7025 patients de hernie discale lombaire avec Endospine.

Nous rapportons ici les données concernant ces patients et en particulier les complications rencontrées.
Depuis avril 1999, un questionnaire de satisfaction est donné à chaque opéré ; il permet également de savoir dans quel délai les activités ont été reprises et de déterminer le score de Prolo qui apprécie le résultat fonctionnel et socio-économique.

71,5% des opérés entre avril 1999 et juillet 2009 ont renvoyé leur questionnaire (3558 sur 4978).

Le résultat est excellent dans 92% des cas (3274 cas), bon dans 0,7% des cas (25 cas) et mauvais dans 7,3% des cas (259 cas).

Des 2670 personnes qui travaillaient avant l’opération et qui ont répondu au questionnaire, 2442 (68,6%) ont repris leur travail avec un délai moyen de 4 semaines et 13 autres ont repris à temps partiel.

95% (3380 patients) se sont déclarés satisfaits de l’intervention et de la prise en charge et 93,2% (3316 patients) bien informés.

2 – Echantillon

L’âge moyen de cette série de 7025 patients est de 45 ans avec des extrêmes allant de 14 à 89.

Il y a 61% d’hommes (4291) pour 39% de femmes (2734).

La radiculalgie (douleur dans le membre inférieur) était du coté gauche chez 53,2% des patients (3737), du coté droit chez 45,3% (3185) et bilatérale dans 1,5% des cas (103).

La hernie siégeait au niveau L1-L2 dans 9 cas (0,1%), au niveau L2-L3 dans 94 cas (1,3%), au niveau L3-L4 dans 359 cas (5,1%), au niveau L4-L5 dans 3220 cas (45,8%) et au niveau L5-S1 dans 3343 cas (47,6%).

Dans 2013 cas (28,6%) une simple herniectomie a été faite sans discectomie complémentaire. 1514 patients avaient des troubles moteurs (21,5%), 2443 des troubles sensitifs (34,8%) et 3185 des troubles réflexes (45,3%).

La hernie était sous-ligamentaire dans 4523 cas (64,4%), rompue ou exclue dans 1330 cas (18,9%) et foraminale dans 646 cas (9,2%).

3 – Méthodologie

Depuis avril 1999 chaque patient reçoit un questionnaire qu’il doit remplir et renvoyer au terme de sa convalescence. Ce formulaire renseigne sur les délais de reprise des activités de loisir, de travail et de vie quotidienne.

Après 3 mois, si le patient n’a pas repris ses activités, le résultat est considéré comme mauvais même si la reprise s’est produite ultérieurement.

Les résultats sont évalués en utilisant les critères de Prolo qui évaluent la reprise des activités sociales et professionnelles (de 1 à 5) et l’état fonctionnel (de 1 à 5) du patient. Les deux nombres sont additionnés et le résultat donne le score de Prolo. Le résultat est jugé excellent lorsque le score est à 9 ou 10, bon à 7 ou 8, moyen à 5 ou 6 et mauvais en dessous de 5.

4 – Complications

Les complications rencontrées ont été :

  • des complications infectieuses profondes : 13 (0,2%)
  • des complications infectieuses superficielles : 8 (0,1%)
  • l’abord de deux étages à la suite d’un mauvais repérage dans 77 cas (1,1%)
  • une erreur de niveau dans 5 cas ( 0,1%)
  • une brèche durale dans 129 cas ( 1,8%)
  • une lésion partielle du nerf dans 12 cas ( 0,2%)

De ces 7025 opérés, 449 (6,4%) ont été réopérés. 365 (5,2%) ont été réopérés d’une récidive au même niveau dont 316 au même niveau et du même côté.

5 – Suites opératoires

Le premier lever se fait dès le réveil.

La rééducation commence immédiatement et a pour but de mobiliser le rachis lombaire et assouplir la musculature paravertébrale.

Le pansement imperméable autorise une vie normale en particulier la douche ou le bain.

Le retour à domicile a lieu 24 heures après l’opération. Aucun transport médicalisé n’est nécessaire.

La reprise des activités antérieures y compris sportives est encouragée le plus rapidement possible. Aucune consigne restrictive n’est donnée au patient.